Ma Beaute Vegan

Cosmétiques véganes et non testés sur les animaux vol.1: Réglementation en vigueur dans l’Union Européenne + REACH

Vous avez envie de pouvoir vous faire une beauté sans pour autant avoir du sang sur les mains? C’est aujourd’hui tout à fait possible en Europe à condition de rester vigilant quant aux marques que l’on choisit et aux ingrédients qui composent leurs produits.

 

 

La réglementation européenne concernant les tests sur les animaux

 

 En 2004, une première directive a interdit les tests sur animaux sur les produits finis commercialisés dans l’Union Européenne. Cela signifiait que nos rouges à lèvres et autres mascaras achetés dans l’UE ne pouvaient plus être testés sur les animaux une fois fabriqués, mais que les ingrédients qui les composaient, pouvaient eux toujours être soumis à ces tests.

 

Le 11 mars 2009, l’interdiction de tester sur les animaux les matières (ingrédients) utilisées dans la composition des produits de cosmétique sur le marché européen, a été votée. Ainsi, à priori à partir de cette date plus aucun test sur les animaux n’était autorisé pour les produits commercialisés au sein de l’UE.

 

Ce n’est cependant que quatre ans plus tard, le 11 mars 2013 que cette interdiction complète des tests sur les animaux est entrée en vigueur. Seuls les tests pour les effets les plus complexes (le cancérigène, la sensibilisation de la peau et la toxicité reproductive par exemple) étaient encore autorisés jusque-là.

 

 

Mais tout n’est pas si simple…

 

En effet, il y a une ombre au tableau… et elle se résume en 5 lettres : REACH (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals). Le REACH est un règlement de l’Union Européenne mis en place le 1er juin 2007 par l’ECHA (European Chemicals Agency) afin de s’assurer que tous les produits chimiques utilisés dans l’UE ne présentent aucun risque pour la santé humaine et l’environnement. Les entreprises doivent alors enregistrer toutes les substances qu’elles utilisent auprès de l’ECHA qui vérifiera ainsi leur validité et donnera ou pas son accord à leur utilisation. Si ces substances ne sont pas encore répertoriées ou qu’elles sont utilisées dans d’autres industries que la cosmétique, elles devront alors être testées avant de pouvoir recevoir une autorisation.

 

Ce qui signifie que nous avons d’un côté donc la loi de 2013 qui interdit aux entreprises de commercialiser sur le marché européen tout produit cosmétique ayant eu recours aux tests sur les animaux, et de l’autre le règlement REACH qui obligent les marques à tester, dans certains cas, les substances non répertoriées dans leur base de données.

 

Face à ces interférences, la commission européenne et l’ECHA ont tranché et ce au détriment des animaux puisque le Plan REACH surpasse la loi du 11 mars 2013 et donne aux entreprises le droit de tester certaines de leurs matières premières sur les animaux.

 

Nous vous conseillons de lire  l’article présent sur le site de lECHA si vous voulez en savoir plus sur les interférences entre les 2 lois.

 

Certaines marques font le choix de n’utiliser que des substances qui ne nécessitent pas le recours à des tests sur les animaux et contournent ainsi le règlement REACH. D’autres ne font malheureusement pas cet effort…

 

 

Il reste cependant de l’espoir…

 

La commission Européenne et l’association Cosmetics Europe (association commerciale qui représente près de 4000 entreprises de l’industrie de la cosmétique et des soins à la personne) ont lancé un programme de recherche appelé SEURAT-1 qui vise au remplacement des tests de toxicité systémique à dose répétée sur les êtres vivants, sous entendu les animaux bien sûr (« Towards the replacement of in vivo repeated dose systemic toxicity testing »).

 

Ces recherches visent donc à développer de nouvelles méthodes de test qui n’impliqueraient aucun être vivant.

 

Si ces recherches s’avèrent concluantes, la solution sera non seulement applicable aux produits issus de l’industrie cosmétique, mais pourra aussi être étendue à ceux issus des industries agro-alimentaire ou pharmaceutique par exemple. Ce qui signera peut être définitivement la fin des tests sur les animaux.

 

Nous ne sommes malheureusement pas encore en mesure de dire quand ces recherches aboutiront mais cette initiative représente un réel espoir pour la cause animale.

 

Pour ceux qui souhaiteraient en apprendre d’avantage sur le sujet, nous vous encourageons à consulter le site SEURAT-1.

 

 

 

Nous espérons vous avoir aidé à mieux comprendre la réglementation européenne en matière de test sur les animaux. Il est parfois difficile d’y voir clair dans toutes ces lois et décisions juridiques. Si vous avez un doute et que vous voulez être sûr que le produit que vous souhaitez acheter est non testé sur les animaux, nous vous conseillons de contacter la marque directement. Un conseil: pensez à poser la question en leur spécifiant que vous avez connaissance du plan REACH. Ainsi, la marque sera moins tentée de jouer sur les mots ou de tourner autour du pot, comme le font certaines d’entre elles en vous disant qu’elles respectent la loi de mars 2013 mais en omettant de vous dire que grâce au REACH elles testent quand même quelques-uns de leurs ingredients sur les animaux, et cela en toute légalité.

Partager

Laissez un message